December 7, 2018

Democracy and cosmopolitanism for tomorrow

Institute for Philosophy and Social Theory, 4th floor at 10h

En Europe comme dans le reste du monde, on observe des tendances de fond : une montée manifeste des « populismes » (qui questionnent tant la représentation politique, les inégalités économiques que l’injustice sociale), une tension croissante autour de la « crise migratoire » (qui touche aux conditions d’accès au marché du travail et à la citoyenneté nationale), une crispation grandissante autour du « problème des frontières » (qui se traduisent parfois par la construction de véritables murs), et, last but not least, un aggravement sans précédent de la « crise écologique » à laquelle toute l’humanité aurait désormais à faire face collectivement. Ces tendances de fond rendent nécessaire de penser à nouveaux frais le rapport entre démocratie et cosmopolitisme, le rapport entre citoyenneté et droit à l’échelle mondiale. Quelle démocratie et quel cosmopolitisme devons-nous exiger pour demain ? Par démocratie, on désigne ordinairement le « gouvernement du peuple » ; mais ne faudrait-il pas plutôt y voir la « conquête politique de droits », comme le suggère Catherine Colliot-Thélène ? Par cosmopolitisme, on entend ordinairement le fait d’envisager l’homme comme « citoyen du monde » et la nécessité d’édifier les institutions juridiques capables de satisfaire cette exigence ; mais ne devrait-on pas plutôt y voir, comme l’indique Michaël Fœssel, une exigence de justice dans un monde nécessairement imparfait?

Catherine Colliot-Thélène est professeure de philosophie à l’Université Rennes-1, membre de l’Institut Universitaire de France. Elle a notamment publié La démocratie sans « démos » (2011).

Michaël Fœssel est professeur de philosophie à l’École polytechnique, membre de l’Institut Universitaire de France. Il a notamment publié Après la fin du monde. Critique de la raison apocalyptique (2013).

Posted in Uncategorized
error: Content is protected !!